La Théorie de la ‘Trans-Contingence du Soi’

La Théorie de la 'Trans-Contingence du Soi'

De l’immanence à la trans-contingence

Les deux premiers piliers de mon approche (le Système Matriciel Agrégé et le Processus de Réindéfinition) se concentraient respectivement sur le fait de porter à la conscience l’existence de ces composants sous-jacents et la spécialisation spontanée opérée par le « soi ». Le troisième propose, lui, de changer de paradigme ; d’à nouveau englober le résultat de l’œuvre de continuité que nous sommes dans une approche globale. Non plus une approche ayant pour centre le « soi », mais l’existence, « ce qui est », sans que cela ait été différencié. Une approche traitant enfin de la manière dont les contingences que nous sommes se transcendent finalement toujours, et de combien réconfortantes peuvent être cette nouvelle optique ainsi que ses implications au moment où la racine originelle du « soi » s’apprête à se faner.

L’oeuvre

Et si l’on parle d’œuvre, c’est que le « soi » en est une à n’en point douter, aussi paradoxale soit-elle. Une œuvre nécessairement complétée par son artiste, mais également à jamais inachevée, toujours en puissance, parfaite dans et par chaque esprit qui la côtoiera, à l’instar de toute pièce d’art.

En apaisant le besoin de réussite, d’accomplissement du héros ; en offrant à celui-ci l’aperçu d’un monde où il est déjà devenu légende, mythe, clef de voûte de héros à naître ainsi qu’incarnation de ceux de jadis, la théorie de la trans-contingence du soi (TCoS, en anglais) rétablit la fin du héros comme passerelle vers une nouvelle opportunité d’être. Une nouvelle opportunité de vie… « pour » la vie. Ascendante. Croissante. Aux possibilités infinies.

Vers un nouveau voyage… par-delà nos « soi ».